Dominique Meeùs
Dernière modification le  
retour à la page principale du dossier français et édition

Dans le doute, préférer « de nouveau »
(« à nouveau », c’est presque le contraire)

« À nouveau », ça veut dire « on efface tout et on recommence ». « De nouveau », cela veut dire « encore une fois », « une fois de plus ». « À nouveau », c’est la rupture ; « de nouveau », c’est la répétition, la continuité.

Tout le monde n’a pas conscience de ce que ces deux locutions sont différentes, presque opposées. Comme le monde a une certaine continuité, comme on construit dans la durée, il faut presque toujours « de nouveau » ; les situations qui justifient « à nouveau » sont rares1. Sans doute trouve-t-on « de » plus terne que « à » ; qu’une phrase sonne mieux avec « à nouveau », mais le choix n’est pas innocent. Cela pourrait vouloir dire parfois que tout ce qu’on a fait avant était mauvais et qu’il faut partir sur de nouvelles bases.

Je ne défends pas là un point de vue personnel. La distinction que je fais entre les deux expressions est attestée en de nombreux endroits. Voir dans le TLFi www.cnrtl.fr/definition/nouveau, II. – Emploi adv., B. – Loc. adv. (tout à la fin de la page). La même page donne accès aux 9e, 8e et 4e éditions du dictionnaire de l’Académie qui disent la même chose. Cependant, c’est peut-être un combat d’arrière-garde. La Banque de dépannage linguistique du Québec considère que cette nuance tend à s’estomper et que les deux expressions deviennent interchangeables, sauf dans les situations qui demandent le sens particulier d’ « à nouveau ».

[1] En comptabilité, il y a un certain nombre de comptes de bilan, qui sont en quelque sorte « éternels » : d’année en année, on y accumule les opérations. Deux classes de comptes sont tout à fait différentes : les charges et les produits. Dans ces classes, les comptes sont annuels. En fin d’année, on les équilibre avec dans un compte de bilan une contrepartie dite bénéfice reporté ou perte reportée (selon le signe de la différence entre produits et charges) et on clôture. On ouvre une nouvelle année en faisant dans les classes de charges et de produits un grand nettoyage dit « à nouveau » : on efface tout et on recommence à zéro. C’est le plus bel exemple du vrai sens de l’expression « à nouveau ». (On efface dans l’année qu’on ouvre. L’information effacée n’est, bien sûr, pas perdue : on peut aller la relire dans les comptes de l’année clôturée.)