Bibliographie générale

WIKINDX Resources

Atlan, H. (2007) Inné et acquis: Les réponses d’henri atlan (31 mai 2007). Philosophie Magazine, 10 . Retrieved December 21, 2010, http://www.philomag.com/fiche-philinfo.php?id=37 
Added by: Dominique Meeùs (2010-12-21 23:51:56)   Last edited by: Dominique Meeùs (2010-12-22 08:24:47)
Resource type: Web Article
BibTeX citation key: Atlan2007a
View all bibliographic details
Categories: Biologie
Keywords: acquis, épigénétique, inné
Creators: Atlan, Joignot
Collection: Philosophie Magazine
Views: 2/1670
Views index: 43%
Popularity index: 10.75%
Attachments   URLs   http://www.philoma ... philinfo.php?id=37
Quotes
   Il vaudrait mieux proscrire, ou limiter au maximum, dans les discours biologiques qui se veulent explicatifs, y compris de la part de spécialistes, un certain nombre d’expressions qui sont devenues populaires. Celles de « patrimoine génétique » ou de « programme génétique » sont des métaphores trompeuses qu’il vaut mieux proscrire totalement. L’expression « gène de ceci », « gène de cela » souvent utilisée dans des annonces spectaculaires doit être strictement limitée à ces cas rares de maladies monogénétiques, et à l’identification de séquences d’ADN codant pour des protéines dont les fonctions normales ou pathologiques sont connues, ainsi que les mécanismes causaux, divers génétiques et épigénétiques, par lesquels ces protéines produisent les effets incriminés. Ceci aurait pour effet de relativiser, déjà au niveau de la recherche biologique fondamentale, la part des gènes dans le développement et les fonctions des organismes, tant il est clair aujourd’hui que l’organisme contrôle le génome au moins autant que le génome contrôle l’organisme. Il s’agit là d’une révolution dans les mentalités qui a commencé à pénétrer le monde de la recherche en biologie moléculaire et cellulaire, mais qui a du mal à passer non seulement dans le grand public, mais encore dans l’information médicale.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   patrimoine génétique programme génétique gène épigénétique
   Mais la question rebondit aussitôt quand on croit pouvoir « mesurer » la part innée — ou génétique, bien que cela ne soit pas la même chose — et la part acquise. Les revues scientifiques de haut niveau publient encore des études sur de telles estimations, bien que les méthodes statistiques sophistiquées utilisées reposent sur des hypothèses erronées, et que cela ait été dénoncé régulièrement par des articles critiques depuis plus de trente ans. Ces calculs n’auraient de valeur que si l’on admettait que les effets des gènes et de l’environnement s’ajoutent les uns aux autres de façon indépendante. Or il n’en est rien : les effets des gènes dépendent de l’environnement et réciproquement. Une part d’inné peut être de 40 % dans un environnement donné et de 10 % ou 75 % ou n’importe quoi d’autre dans d’autres environnements.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   inné acquis épigénétique linéarité additivité
   Un cerveau humain offrant un un million de milliards de connexions possibles, se construisant au cours d’une vie, comment 30 000 gènes détermineraient-ils tout le comportement — notamment nos affections psychologiques, la délinquance, le comportement suicidaire, l’invention de la sexualité ? [Frédéric Joignot]
     La question n’est pas tant le nombre de gènes qui serait insuffisant pour déterminer les synapses. On pourrait imaginer des combinaisons de gènes et des combinaisons de combinaisons en nombre aussi grand que l’on veut. La question est celle du nombre de niveaux d’organisation qui séparent le niveau moléculaire des gènes et des protéines de celui du cerveau, dans sa structure et son fonctionnement. Deux vrais jumeaux — qui ont donc les mêmes gènes — ont des systèmes nerveux, et aussi des propriétés d’autres systèmes, comme le système immunitaire par exemple, différents car les phénomènes épigénétiques, d’auto-organisation et autres, qui comportent une part importante de hasard, jouent un rôle déterminant dans leur développement, depuis l’embryon et pendant toute la vie. Ceci prive souvent de sens la question même du déterminisme génétique — c’est-à-dire moléculaire — d’un fonctionnement cérébral aussi complexe que ce qu’on appelle un « comportement ».   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   ordre de grandeur connexion nerveuse niveau d’organisation vrais jumeaux épigénétique déterminisme génétique
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 59 | DB execution: 0.07029 secs | Script execution: 0.13383 secs