Bibliographie générale

WIKINDX Resources

Delcourt, M. (1939). Périclès. Paris: Éditions Gallimard. 
Added by: Dominique Meeùs (2010-01-31 22:28:46)   Last edited by: Dominique Meeùs (2011-01-02 15:24:36)
Resource type: Book
BibTeX citation key: Delcourt1939a
View all bibliographic details
Categories: Histoire
Keywords: Grèce antique
Creators: Delcourt
Publisher: Éditions Gallimard (Paris)
Views: 2/1902
Views index: 45%
Popularity index: 11.25%
Notes
On trouve des indications sur Marie Delcourt sur http://www.wallonie-en-ligne.net/1995_Cent_Wallons/Delcourt_Marie.htm et sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Delcourt.
     Ce qui frappe, c’est qu’elle sait écrire. Son Périclès se lit comme un roman. Ce qui frappe aussi, c’est son matérialisme historique.
Added by: Dominique Meeùs  Last edited by: Dominique Meeùs
Quotes
pp.17-18   À la fin du moyen âge grec, au 7e et au 6e siècles, on vit dans les cités des hommes audacieux se mettre à la tête des mécontents, s’emparer du pouvoir avec leur aide et fonder des dynasties plus ou moins durables.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   tyran lutte de classes Grèce antique
p.18   Si nous connaissions mieux le détail des événements [le bannissement des Alcméonides], nous constaterions sans doute que les terreurs religieuses y ont joué un rôle moins important que certains intérêts matériels ou politiques dont le mécanisme nous échappe.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Alcméonides Athènes économie lutte de classes matérialisme historique politique religion
p.21   Pisistrate s’empara du pouvoir une première fois en 560, avec l’aide du petit peuple. D’autres partisans s’appuyèrent sur les autres classes. Lycurgue souleva les paysans de la plaine ; Mégaclès, qui avait d’abord jugé bon de s’expatrier, revint pour travailler sa clientèle, les petits bourgeois de la côte.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Athènes lutte de classes Lycurgue matérialisme historique Mégaclès Pisistrate
pp.22-23   Le fils de Mégaclès, qui s’appelait Clisthènes comme son grand-père maternel, le tyran sicyonien, […] avait l’étoffe d’un vrai politique. Il conquit le pouvoir à force d’audace et de pertinacité, à la manière des tyrans, en s’appuyant sur une partie de la population, et d’abord sur l’aristocratie. Mais, ou bien elle le soutenait mollement, ou bien peut-être il conçut alors le plan qu’il devait réaliser plus tard et qui fit d’Athènes le premier gouvernement populaire. Ce qui est sûr, c’est qu’il se mit brusquement à la tête du parti du peuple.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Athènes Clisthènes démocratie lutte de classes tyran
pp.24-25   Du reste, le grand homme d’État, c’est Clisthènes. Ce fils d’un tyran manqué, élevé parmi les aventures, sut embrasser par la pensée un vaste ensemble législatif et faire œuvre créatrice. Périclès, l’ami des philosophes, se borna à conserver et il ne put jamais dépasser la solution de quelques problèmes immédiats.
     Clisthènes se présenta comme l’homme qui, après une parenthèse de cinquante années, allait remettre en vigueur la constitution de Solon. Pisistrate, à vrai dire, ne l’avait jamais abolie quoiqu’il en eût gardé seulement les formes : procédé sage que les empereurs romains sauront employer pour engourdir les résistances républicaines. Le tyran avait même achevé sur un point important la réforme de Solon. Celui-ci avait trouvé le petit peuple des campagnes misérable et endetté ; les métayers vivaient du sixième de la récolte que leur laissait le propriétaire, et risquaient d’être réduits au servage comme les hilotes spartiates. Solon supprima les dettes, interdit la contrainte par corps et fit une dévaluation qui allégea le sort des paysans. Pisistrate, qui avait trouvé un appui parmi les pauvres, donna aux sixeniers la propriété des terres qu’ils cultivaient. Clisthènes pouvait donc partir d’une situation sociale assainie : Athènes ne deviendrait pas une seconde Sparte et l’aînée des filles d’lonie ne serait pas cultivée par des esclaves. Il s’agissait maintenant de donner une existence politique à ces gens établis sur la terre et accoutumés à l’indépendance personnelle.
     Solon avait divisé la population en quatre classes d’après leur revenu brut, c’est-à-dire d’après le nombre de mesures de blé, de vin ou d’huile récoltées sur le fonds. La cavalerie se recrutait dans les deux premières, l’infanterie dans les trois premières ; les Anciens n’ont jamais pensé qu’on puisse imposer le service militaire à des gens qui ne possédaient rien et qui étaient exclus des magistratures publiques, ce qui était le cas pour la quatrième classe, celle des thètes. Clisthènes garda ce système, mais le revenu de la terre, au lieu d’être calculé en nature, fut évalué en argent dès que l’emploi de la monnaie fut devenu courant. Du coup, la notion de classe perdit sa fixité : au cours du siècle suivant, à mesure que baissera la valeur de l’argent, on verra des hommes de la quatrième catégorie passer dans la troisième, sans être du reste moins pauvres pour cela. Clisthènes laissait les thètes à l’écart des charges individuelles, comme la stratégie et l’archontat, mais il entreprit de faire leur éducation politique en les introduisant dans les corps collectifs, l’Assemblée, le Conseil, le Tribunal. Celui-ci était composé uniquement de citoyens agissant comme des jurés. Plus tard, il fallut indemniser toutes ces petites gens qui donnaient leur temps à l’État : c’est Périclès qui devra accomplir, jusque dans leurs dernières conséquences, les réformes de son grand-oncle.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Athènes classe Clisthènes monnaie Périclès Pisistrate sixenier Solon thètes
pp.36-37   […] au moment où se produisit la découverte qui devait modifier toute l’histoire de la ville. Depuis un temps immémorial, on traitait le plomb du mont Laurion pour en tirer de l’argent. Alors que l’on croyait la mine appauvrie, on se trouva brusquement, dans la région de Camaréza, en contact avec des couches de minerai beaucoup plus riches que celles qui avaient été exploitées jusqu’alors. Dans cette bourgade bavarde, la nouvelle des nouveaux gisements se répandit aussitôt, et l’on se rua pour obtenir des concessions. Thémistocle tira parti de ce rush avec une rapidité foudroyante. Les vieux Athéniens, qui avaient grandi quand la cité était encore dans son enfance, pensaient qu’on allait faire ce qu’on avait toujours fait, distribuer l’argent aux citoyens et partager la bonne aubaine. Au lieu de cela, Thémistocle mit cent trirèmes en adjudication, donnant comme raison qu’il ne fallait pas permettre aux Éginètes de garder seuls la maîtrise de la mer. Au printemps de 482, un an après la découverte des filons, la flotte était en chantier : elle allait servir contre les Perses et arracher Athènes, pour toujours, à la politique de village.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   trirème Perse adjudication argent Athènes Égine concession Laurion
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 65 | DB execution: 0.04707 secs | Script execution: 0.13792 secs