Bibliographie générale

WIKINDX Resources

de Turgot, A.-R.-J. Réflexions sur la formation et la distribution des richesses. . Retrieved October 20, 2009, http://www.efm.bris.ac. ... /turgot/Reflexions.html 
Added by: Dominique Meeùs (2009-10-20 08:30:00)   
Resource type: Web Article
BibTeX citation key: Turgotb
View all bibliographic details
Categories: Économie
Creators: de Turgot
Views: 2/1508
Views index: 35%
Popularity index: 8.75%
Attachments   URLs   http://www.efm.bri ... ot/Reflexions.html
Notes
Très bonne édition web avec à gauche colonne de navigation dans les paragraphes.
     Les Réflexions ont été écrites en 1766. Ceci est le texte qui a été publié en trois parties par les Ephémérides du citoyen ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques, tomes 11(1769), 12(1769) et 1(1770).
Added by: Dominique Meeùs  Last edited by: Dominique Meeùs
Quotes
Paragraph VI   Le salaire de l’Ouvrier est borné, par la concurrence entre les Ouvriers, à sa subsistance. Il ne gagne que sa vie.
     Le simple Ouvrier, qui n’a que ses bras & son industrie, n’a rien qu’autant qu’il parvient à vendre à d’autres sa peine. Il la vend plus ou moins cher ; mais ce prix plus ou moins haut ne dépend pas de lui seul ; il résulte de l’accord qu’il fait avec celui qui paye son travail. Celui-ci le paye le moins cher qu’il peut; comme il a le choix entre un grand nombre d’Ouvriers, il préfère celui qui travaille au meilleur marché. Les Ouvriers sont donc obligés de baisser le prix à l’envi les uns des autres. En tout genre de travail, il doit arriver, & il arrive en effet, que le salaire de l’ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   concurrence force de travail Marx ouvrier physiocrates richesse salaire subsistance Turgot
Comments:
Cité dans (Bouissounouse, 1958, p.128).
     C’est pratiquement le concept de force de travail de Marx (sauf dans la mesure où celui-ci est inséparable de celui de plus-value : le travail nécessaire s’oppose au surtravail). Ici, en effet, l’ouvrier ne vend pas son travail, mais « sa peine » ; il n’en retire que sa subsistance. Cependant, de ce qu’il n’en retire que sa subsistance, Turgot conclut qu’il ne crée pas de richesse. (Il ne voit pas la richesse accaparée par l’employeur.) Au paragraphe suivant, Turgot en reste à la position des physiocrates, que seul le « Laboureur » crée de la richesse, parce que, lui, il peut en tirer plus que sa subsistance.

Bouissounouse, J. (1958). Julie de lespinasse: Ses amitiés — sa passion. Paris: Hachette.   Added by: Dominique Meeùs  (2009-10-21 20:43:03)
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 55 | DB execution: 0.04233 secs | Script execution: 0.12201 secs