Bibliographie générale

WIKINDX Resources

Huxley, J. (1950). La génétique soviétique et la science mondiale J. Castier, Trans. Paris: Stock. 
Added by: Dominique Meeùs (2009-07-30 20:35:02)   
Resource type: Book
BibTeX citation key: Huxley1950
View all bibliographic details
Categories: Biologie, Histoire, Marxisme
Keywords: génétique, Lyssenko
Creators: Castier, Huxley
Publisher: Stock (Paris)
Views: 4/1805
Views index: 42%
Popularity index: 10.5%
Quotes
pp.33-36, Chapter 1. La controverse : sa nature et son histoire   Il faut insister sur ce que le statut scientifique du mitchourinisme est fort différent de celui du néo-mendélisme. Celui-ci comprend un grand nombre de faits et de lois qui ont été vérifiés à mainte reprise, et de façon indépendante, par des savants du monde entier (et beaucoup d’entre eux aussi, par des amateurs et des étudiants) ; la constitution héréditaire qu’il postule — celle d’un grand nombre de gènes disposés de façon régulière à l’intérieur des chromosomes — a été établie comme objectivement vraie ; et ses principes théoriques découlent tous directement de ce fait central, d’une constitution particulaire portée par des chromosomes.
     D’autre part, beaucoup d’entre les résultats revendiqués comme faits par les mitchouriniens (savoir : l’hybridation végétative et l’hérédité des caractères acquis) ne se sont pas révélés susceptibles de vérification par les savant hors de la Russie ; et d’autres (savoir : la « dislocation » de l’hérédité par les croisements) s’interprètent également bien suivant les principes mendéliens. En outre, il est notoire que les mitchouriniens ont négligé beaucoup d’entre les précautions habituelles prises par les généticiens occidentaux pour assurer la validité de leurs expériences, et qu’ils ont, de propos délibéré, rejeté l’usage de l’analyse statistique pour contrôler la signification scientifique de leurs résultats numériques.
     […]
     Nous pourrions peut-être résumer de la façon suivante la différence entre les deux systèmes (et c’est une différence fort importante). Le mendélisme représente le développement cohérent d’un concept scientifique central, dont la formulation était nécessaire, comme étant la seule façon dont pouvaient s’expliquer certains faits observés. (Le concept était celui du facteur-unité de l’hérédité, appelé plus tard gène, et les fait étaient ceux qu’avait obtenus Mendel en croisant des variétés de pois.) Le développement a consisté, d’une part, en la généralisation de ce concept, et, d’autre part, en son perfectionnement.
     […]
     Le mitchourinisme, par contre, représente le promulgation d’une idée centrale ; et cette idée n’est pas la seule façon dont puissent s’expliquer les faits (puisque les uns s’expliqueraient également bien, ou mieux, comme étant dus à des méthodes défectueuses, et d’autres, comme dus à d’autres causes). Cette idée est dans une large mesure une idée préconçue, qui a été imposée aux faits, au lieu de naître d’eux ; quand les faits ne s’adaptent pas à l’idée, on en nie l’importance, ou même l’existence. À l’inverse du néo-mendélisme, il n’est pas quantitatif, du sorte qu’il manque de précision. Sa principale nouveauté, l’affirmation selon laquelle l’hérédité est le résultat de l’assimilation des influences extérieures, est fondée uniquement sur l’analogie, et non sur l’expérimentation ou l’observation scientifiques.
     Voilà ce que l’ai voulu dire lorsque j’ai déclaré que le mitchourinisme est une doctrine. C’est une doctrine essentiellement non scientifique ou pré-scientifique, appliquée à une branche de la recherche scientifique, et non pas en soi une branche de la science.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   analogie chromosome doctrine expérimentation explication gène hérédité des caractères acquis hybridation Lamarck Lyssenko méthode Mendel mitchourinisme néo-mendélisme observation science statistique vérification
Comments:
Par « particulaire » (à la fin du premier alinéa du passage cité), il vise le point de vue atomiste (au sens figuré, pas de la physique) d’une génétique basée sur les unités discrètes que sont les gènes.   Added by: Dominique Meeùs  (2009-08-03 13:51:50)
p.38   Kammerer était un biologiste, ou plutôt un naturaliste autrichien, qui avait fait valoir des prétentions spectaculaires selon lesquelles il avait réalisé l’hérédité des caractères acquis chez les salamandres et les crapauds. On finit par constater que certains d’entre les spécimens cruciaux avaient été truqués, et, en tout cas, nul autre ne put obtenir de résultats analogues, de sorte que ses prétentions ne tardèrent pas à tomber complètement en discrédit.
     Néanmoins, Lounatcharsky, le très habile commissaire à l’Instruction publique de l’époque, était tellement pénétré de l’idée que le lamarckisme devait être vrai et la génétique mendélienne fausse, et par ailleurs une invention bourgeoise, qu’il prit la peine de faire répandre un film, écrit par lui, glorifiant Kammener, et attribuant les trucages aux machinations des ennemis réactionnaires de la science véritable.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Kammerer Lounatcharsky trucage science bourgeoise génétique hérédité des caractères acquis imposture scientifique Lamarck lamarckisme Mendel
pp.38-39   Ce ne fut qu’en 1932 ou 1933, toutefois, que la génétique mendélienne commença à souffrir. Des savants généticiens commencèrent à perdre leur emploi, les uns étant bannis en Sibérie, d’autres, envoyés dans des camps de travail, d’autres disparaissant, sans plus. Tchetverikoff, Ferry, Ephroimson, Levitsky et Agol furent au nombre des néo-mendéliens qu'on traita de cette façon avant 1934. Les premières accusations, reprochant au néo-mendélisme d’être « idéaliste » — faute grave aux yeux de l’idéologie marxiste —, datent de 1935 environ, et c’est pour ce motif qu’Algol fut « liquidé » en 1936.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   Sibérie camps liquidation disparition génétique néo-mendélisme
Comments:
Il y a des noms et des dates ; il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé au juste.   Added by: Dominique Meeùs  (2009-07-30 23:24:52)
p.39   Les Congrès internationaux de génétique sont les réunions de généticiens les plus importantes. Cela n’empêcha pas les autorités russes, en 1936, de décommander le Septième Congrès, qui avait été prévu comme devant se tenir à Moscou en 1937.   Added by: Dominique Meeùs
p.40   On mit en scène, en Russie, des conférences spéciales pour discuter des mérites rivaux du néo-mendélisme et du mitchourinisme. La première de ces conférences eut lieu en 1936, à la place du Congrès international qui fut décommandé. […]
     Dans cette conférence, il fut manifeste que les savants, en général, prirent parti pour les néo-mendéliens, en dépit d’attaques violentes formulées contre eux dans la presse.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   1936 génétique Lyssenko mitchourinisme néo-mendélisme
p.41   Une seconde « controverse de génétique » fut mise en scène en 1939. […] Comme l’écrit Muller : « Cette fois, on fit apparaître les lyssenkistes comme les vainqueurs incontestables » tandis que les mendéliens étaient publiquement dénoncés et couverts d’opprobre.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   1939 génétique Lyssenko mitchourinisme néo-mendélisme
p.43   Comme l’écrit Darlington (1947) : « ses collections [de Vaviloff] ont donné un jour nouveau à toutes nos idées sur les origines des plantes cultivées. Elles ont également permis aux éleveurs soviétiques de travailler avec les meilleurs matériaux possibles pour améliorer les plantes vivrières nécessaires au nouveau développement agricole de leur pays » car ses collections consistaient, pour une large part, en lignées vivantes de plantes, à partir desquelles, par des croisements appropriés, conformément aux méthodes mendéliennes, des gènes favorables ont pu être introduits dans les lignées des plantes vivrières utilisées en Russie.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   agriculture néo-mendélisme Vavilov
pp.51-52, Chapter 2. Le fonds idéologique en cause   Il est bon de noter ici la façon dont fut pour la première fois rendu public le fait de l’approbation du Parti communiste. Elle fut annoncée par Lyssenko lui-même au cours de la session de l’Académie d’agronomie. Toutefois, il ne fit pas cette annonce dans son rapport d’ouverture, mais seulement après la clôture de la discussion, au début de la dixième séance de la session, dans ses observations de conclusion, qui préparèrent le chemin à la résolution finale votée par l’Académie.
     Voici ce qu’il dit : « Camarades, avant de passer aux observations que je ferai en conclusion, je considère qu’il est de mon devoir de faire la déclaration suivante : La question est posée dans l’une des notes qui m’ont été transmises : Quelle est l’attitude du Comité central du Parti à l’égard de mon rapport ? Je réponds : Le Comité central du Parti a examiné mon rapport, et l’a approuvé. »   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   1948 Lyssenko mitchourinisme néo-mendélisme politique
pp.61-63   En premier lieu, on insiste souvent [dans le rapport de la session de l’été 1948 de l’Académie d’agronomie] sur la vérité ou la fausseté de l’ « enseignement » (« doctrine », « point de vue », ou « tendance »), qui rappelle la scolastique plutôt que la science.
     […]
     La vérité ou la fausseté de la doctrine se rattache, comme il a déjà été indiqué, aux rapports des théories scientifiques avec l’orthodoxie politico-philosophique. Ce thème revient constamment au cours de toute la controverse.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   doctrine enseignement orthodoxie science vérité
Comments:
Il donne de nombreux exemples textuels (c’est lui qui souligne, je pense) :
— la seule tendance vraie dans la science [en biologie, c’est le mitchourinisme] (Pérov)
— [des exemples] étayant l’enseignement de Mitchourine (Noujdine)
— l’enseignement de Darwin […] a marqué le début de la biologie scientifique (Lyssenko)
— une véritable théorie scientifique est née — l’enseignement mitchourinien (Lyssenko)
— il faudrait qu’ils renonçassent [les néo-mendéliens] à chacun des concepts théoriques de leur doctrine fausse (Prezent)
— l’académie […] doit devenir un centre scientifique pour l’élaboration approfondie de la doctrine mitchourinienne (résolution finale)
— l’enseignement de Mitchourine est matérialiste et progressiste, alors que l’enseignement de Weismann, de Mendel et de Morgan est réactionnaire et idéaliste
     Il faudrait s’assurer que ce n’est pas un effet dû à une particularité de la langue russe ou à sa traduction en français ou en anglais. Sinon dans mon enfance, on parlait de l’enseignement du Christ. On n’aurait jamais dit l’enseignement de Newton.   Added by: Dominique Meeùs  (2009-08-02 22:01:48)
p.70   Bien entendu quand Lyssenko annonça que ses idées avaient l’approbation officielle du Parti communiste, il fut manifeste qu’on permettait aux mendéliens de parler simplement pour donner une apparence de libre discussion (ainsi que, peut-être, pour leur donner une corde pour se pendre).   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   1948 corde pour se pendre démocratie Lyssenko politique
pp.79-80, Chapter 3. Le fond scientifique en cause   L’attitude des mitchouriniens ne peut être qualifiée que de non-scientifique. Dans leurs travaux, ils n’utilisent pas normalement les témoins scientifiques, les tests statistiques, ni les précautions scientifiques habituelles, telles que le souci de la pureté du matériel employé ; ils ne semblent jamais vérifier la validité d’explications sur d’autres bases ; et leur publication de méthodes et de données est fréquemment tout à fait insuffisante pour permettre, soit la répétition des travaux, soit l’appréciation convenable des résultats annoncés.
     […]
     Les mitchouriniens font, à maintes reprises, des énoncés de faits incorrects.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   fait fausseté méthode mitchourinisme publication reproductibilité scientificité statistique témoin test
Comments:
Il cite à titre d’exemple quelques affirmations non conformes à la réalité. Il donne de nombreux exemples d’expériences insuffisantes, parfois sur base de visites (de lui-même ou d’Ashby) en U.R.S.S. et de conversations qu’il a eues personnellement avec Lyssenko.   Added by: Dominique Meeùs  (2009-07-31 20:13:23)
p.83   Ils [les mitchouriniens] n’exigent ni n’acceptent le même genre de preuves que les savants professionnels d’autres pays ; ils confondent le fait avec la doctrine, et la théorie avec l’hypothèse ou la croyance ; ils font appel à l’autorité passée, au lieu du fait établi présent, et à l’utilité au lieu de la vérité ; ils acceptent les critères autres que scientifiques, et y insistent même, dans ce qui prétend être une discussion scientifique. Bref, comme nous l’avons constaté, Ashby et moi, en conversation avec Lyssenko, ils ne parlent tout bonnement pas le même langage que les savants occidentaux.
     D’une façon générale, ils trahissent un manque d’appréciation du caractère, de la validité, et de l’importance spéciale de la méthode scientifique, telle qu’elle a été élaborée au cours des quelques derniers siècles.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   croyance argument d’autorité utilité vérité doctrine fait hypothèse méthode preuve scientificité théorie
pp.106-107   Pour eux [Bateson, Punnett], comme pour moi, ou n'importe que néo-mendélien dont le nom puisse me revenir en mémoire, la formulation d’une loi est une tentative de traduire en termes généraux, et si possible, simples et, en outre quantitatifs, toutes les régularités pouvant être découvertes dans les phénomènes étudiés.
     Une fois qu’une loi est formulée, sa validité (ou non-validité) peut être mise à l’épreuve en lui opposant des phénomènes nouveaux, de façon à en perfectionner l’exactitude, ou à en dénoncer les insuffisances ou le caractère illusoire. Elle n’a rien d’éternel ni d’immuable. C’est une façon sténographique d’exprimer que, dans certaines circonstances, certains résultats ont été obtenus dans le passé, et qu’on peut s’y attendre à l’avenir. […]
     Ceci m’amène à un autre point relatif aux lois scientifiques. À mesure que se poursuivent les travaux sur un sujet, les lois qui s’y rapportent tendent à paraître de moins en moins importantes, mais se fondent dans une construction plus vaste, une large théorie, ou un grand système de phénomènes tous liés entre eux sur base de certains faits et conceptions simples et fondamentaux.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   régularité phénomène prévision expérimentation général généralisation loi scientifique test théorie
pp.106-107   Pour eux [Bateson, Punnett], comme pour moi, ou n'importe que néo-mendélien dont le nom puisse me revenir en mémoire, la formulation d’une loi est une tentative de traduire en termes généraux, et si possible, simples et, en outre quantitatifs, toutes les régularités pouvant être découvertes dans les phénomènes étudiés.
     Une fois qu’une loi est formulée, sa validité (ou non-validité) peut être mise à l’épreuve en lui opposant des phénomènes nouveaux, de façon à en perfectionner l’exactitude, ou à en dénoncer les insuffisances ou le caractère illusoire. Elle n’a rien d’éternel ni d’immuable. C’est une façon sténographique d’exprimer que, dans certaines circonstances, certains résultats ont été obtenus dans le passé, et qu’on peut s’y attendre à l’avenir. […]
     Ceci m’amène à un autre point relatif aux lois scientifiques. À mesure que se poursuivent les travaux sur un sujet, les lois qui s’y rapportent tendent à paraître de moins en moins importantes, mais se fondent dans une construction plus vaste, une large théorie, ou un grand système de phénomènes tous liés entre eux sur base de certains faits et conceptions simples et fondamentaux.   Added by: Dominique Meeùs
Keywords:   régularité phénomène prévision expérimentation général généralisation loi scientifique test théorie
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 97 | DB execution: 0.06818 secs | Script execution: 0.15510 secs