Bibliographie générale

WIKINDX Resources

Dessus, B., & Laponche, B. (2011). En finir avec le nucléaire: Pourquoi et comment. Paris: Éditions du Seuil. 
Added by: Dominique Meeùs (2012-11-07 22:43:28)   
Resource type: Book
ID no. (ISBN etc.): ISBN : 978-2-02-105919-9
BibTeX citation key: Dessus2011
View all bibliographic details
Categories: Environnement
Keywords: énergie nucléaire, France
Creators: Dessus, Laponche
Publisher: Éditions du Seuil (Paris)
Views: 2/1447
Views index: 46%
Popularity index: 11.5%
Notes
Quelles que soient les qualifications professionnelles ou les compétences des auteurs, il s’agit d’un livre d’opinion, pas d’un livre scientifique, ce qui limite très fort son intérêt. Il y a relativement peu de chiffres et ils sont donnés le plus souvent sans référence (sauf un tableau p. 26 et un autre p. 123). Il y a une certaine confusion, un aller-retour entre tantôt un point de vue purement français, lié aux débats et à la politique sur l’industrie électrique française, et tantôt des considérations plus mondiales.
     Le coût de l’électricité nucléaire est jugé sur l’exemple de l’EPR de Flamanville (p. 23 et suivantes). Il est certainement intéressant d’étudier ce qui fait problème à Flamanville (ce qui a entrainé des surcoûts importants), mais c’est anecdotique pour calculer le coût moyen de l’électricité nucléaire dans le monde ou pour prévoir son évolution.
     Les auteurs admettent que la filière nucléaire comporte cinq à dix fois moins de rejet de CO2 que les filières gaz ou charbon (p. 31), mais ce qui les motive contre le nucléaire, ce sont les risques (p. 43), sur lesquels ils font les considérations habituelles (probabilité d’accident, déchets, prolifération des armes atomiques…)
     Il considèrent qu’il n’est pas possible que tout le monde vive à «notre» niveau (p. 75). Cela demanderait quatre planètes Terre (sans explication ni calcul). Il faut donc économiser. Ils mentionnent le plan NOÉ de 1990 (p. 97, repartager, freiner la croissance des pays développés) et des travaux de l’Agence internationale de l’énergie de 2006. Ils mentionnent l’idée de découplage (p. 99) du PIB et de la dépense d’énergie. Tout cela est passé superficiellement en revue.
     Ils appellent de leurs vœux de l’énergie renouvelable (p. 84, p. 108) et un smart grid (p. 109), mais ils n’en disent rien de consistant. Ils y reviennent plus loin (p. 146), mais en en disant encore moins.
     En conclusion, ce n’est pas un livre utile, ni pour les antinucléaires, ni pour les promoteurs du renouvelable. J’ai peine à comprendre comment ils ont fait pour remplir 175 pages avec aussi peu.
Added by: Dominique Meeùs  
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 47 | DB execution: 0.04638 secs | Script execution: 0.13624 secs