Bibliographie générale

List Resources

Displaying 1 - 2 of 2 (Bibliography: WIKINDX Master Bibliography)
Order by:

Ascending
Descending
Use all checked: 
Use all displayed: 
Use all in list: 
Bonnard, A. (1963). Civilisation grecque: De l’iliade au parthénon. Paris: Union générale d’éditions.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2012-07-13 15:07:03 Pop. 0%
      Les improvisateurs grecs, prédécesseurs d’Homère, récitaient d’abord leurs poèmes, par fragments, dans des maisons seigneuriales. Ces seigneurs n’étaient plus les chefs pillards de l’époque de Mycènes, c’étaient surtout de gros propriétaires ruraux qui se plaisaient à entendre célébrer les exploits guerriers du temps passé. Vient un moment où apparaissent dans le monde grec les premiers marchands. C’est dans les villes d’Ionie en Asie mineure, juste au sud du pays éolien, à Milet, Smyrne, et autres ports. Homère vit au 8e siècle dans l’une de ces villes de la côte ionienne, sans que nous puissions préciser laquelle. C’est l’époque où va se déclencher la lutte des classes avec une violence subite, comme peut-être à aucun autre moment de l’histoire. Dans cette lutte le peuple misérable qui n’a point de terres ou rien que des terres médiocres, conduit par la classe des marchands, va tenter d’arracher aux nobles propriétaires le privilège presque exclusif qu’ils se sont arrogé sur le sol. Du même coup ils arrachent à la classe possédante sa culture, se l’approprient et en façonnent les premiers chefs-d’œuvre du peuple grec.
     De récents travaux savants ont suggéré que la naissance de l’Iliade, au 8e siècle en Ionie, se place au moment où la poésie improvisée et encore flottante se fixe en une œuvre d’art écrite et élaborée. L’apparition de la première épopée, et la plus belle de l’héritage humain, est liée à la naissance de cette classe nouvelle de bourgeois commerçants. Ce sont des commerçants qui diffusent soudain l’usage ancien mais très peu répandu de l’écriture. Un poète ionien — un poète de génie que la tradition nomme Homère — amène au niveau de l’œuvre d’art une partie choisie par lui de la matière traditionnelle épique improvisée. Il compose et il écrit enfin, sur papyrus, notre Iliade.
     C’est dire que la classe bourgeoise donne valeur artistique, donne forme à une culture poétique jusque-là informe. Du même coup cette culture poétique est mise par elle, dans des récitations publiques, au service de toute la cité, au service du peuple.
Lévy, J.-P. (1997). La fabrique de l’homme. Paris: Éditions Odile Jacob.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2010-01-02 08:12:20 Pop. 0%
      Les idées forment les individus, les lient entre eux et assurent parfois leur survie
     Les cerveaux se modifient au rythme de leur absorption d’idées nouvelles. C’est ainsi qu’ils se forment depuis l’enfance et toute leur vie. C’est ainsi qu’ils échangent aussi leurs informations et progressent, faisant à leur tour progresser les idées, au gré des mutations qu’elles subissent parfois chez eux. Les idées sont la res cogitans de Descartes, distincte de la res extensa mais produite par elle et qui n’existe pas sans elle. Elles font les cerveaux et pourtant ne peuvent vivre sans eux : comme le demandait un Indien dans un roman de J. Harrison, Dalva : « Que deviennent les histoires, quand il n’y a personne pour les raconter ? » Ce qui est important, c’est que ce commensal permanent de nos cerveaux est ce qui les lient les uns aux autres. Sans l’échange des idées, il n’y aurait pas de société humaine, inversement sans elle, qui assure la pérennité et l’évolution des idées, il n’y aurait pas de cerveaux humains. C’est pourquoi chaque homme est un composant de sa société dont il ne peut être dissocié. Chaque individu, certes, est unique, et la qualité d’un cerveau tient en partie à sa capacité à être rationnellement lui-même, mais il ne peut l’être qu’à l’intérieur d’un cadre que sa culture lui trace. Il est essentiellement une accrétion d’idées, parmi lesquelles très peu appartiennent en propre au porteur, s’il en est. Elles lui viennent du réseau de cerveaux auquel il appartient, mais leurs associations sont chaque fois différentes et leur utilisation chaque fois modulée par la part émotionnelle et passionnelle de ce cerveau.
     Si rien du corps n’a des chances de persister après la mort et si aucune âme immortelle ne s’en échappera pour poursuivre son existence, la survie des idées, elle, est une évidence. Quel que soit l’individu, le souvenir qui en subsiste, tant que ceux qui l’on connu vivent, est en grande partie celui des idées qui l’habitaient. Elles sont en général banales, mais forment pourtant des combinaisons originales. C’est ce qui assure aussi la survie à long terme de certains êtres dont la production mentale a marqué d’autres cerveaux et quelquefois toute l’humanité. Il n’est pas d’autre survie, et celle-là est le plus souvent anonyme, mais elle est de mieux en mieux assurée depuis quelques milliers d’années : depuis que les idées se sont stabilisées elles-mêmes, en nous amenant à créer le dessin et l’écriture, ces mémoires accessoires capables de les conserver, même si meurent les cerveaux.
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 25 | DB execution: 0.01464 secs | Script execution: 0.12115 secs