Bibliographie générale

List Resources

Displaying 1 - 2 of 2 (Bibliography: WIKINDX Master Bibliography)
Order by:

Ascending
Descending
Use all checked: 
Use all displayed: 
Use all in list: 
Atlan, H. (2007) Inné et acquis: Les réponses d’henri atlan (31 mai 2007). Philosophie Magazine, 10 . Retrieved December 21, 2010, http://www.philomag.com/fiche-philinfo.php?id=37  
Last edited by: Dominique Meeùs 2010-12-22 08:24:47 Pop. 0%
      Un cerveau humain offrant un un million de milliards de connexions possibles, se construisant au cours d’une vie, comment 30 000 gènes détermineraient-ils tout le comportement — notamment nos affections psychologiques, la délinquance, le comportement suicidaire, l’invention de la sexualité ? [Frédéric Joignot]
     La question n’est pas tant le nombre de gènes qui serait insuffisant pour déterminer les synapses. On pourrait imaginer des combinaisons de gènes et des combinaisons de combinaisons en nombre aussi grand que l’on veut. La question est celle du nombre de niveaux d’organisation qui séparent le niveau moléculaire des gènes et des protéines de celui du cerveau, dans sa structure et son fonctionnement. Deux vrais jumeaux — qui ont donc les mêmes gènes — ont des systèmes nerveux, et aussi des propriétés d’autres systèmes, comme le système immunitaire par exemple, différents car les phénomènes épigénétiques, d’auto-organisation et autres, qui comportent une part importante de hasard, jouent un rôle déterminant dans leur développement, depuis l’embryon et pendant toute la vie. Ceci prive souvent de sens la question même du déterminisme génétique — c’est-à-dire moléculaire — d’un fonctionnement cérébral aussi complexe que ce qu’on appelle un « comportement ».
Prochiantz, A. (1989). La construction du cerveau. Paris: Hachette.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2010-07-18 09:34:49 Pop. 0%
      Il y a donc une flexibilité par rapport à ce déterminisme génétique, et ces variations entre individus identiques [vrais jumeaux] sont dues à tout ce qu’on peut appeler l’épigénétique — c’est-à-dire tout ce qui n’est pas strictement déterminé par les gènes, tout ce qui vient introduire du jeu dans le déterminisme génétique ; ce qu’indique le préfixe grec épi qui signifie tout à la fois le surcroît, la succession, le contact et l’inflexion d’une trajectoire.
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 25 | DB execution: 0.02713 secs | Script execution: 0.13935 secs