Bibliographie générale

List Resources

Displaying 1 - 1 of 1 (Bibliography: WIKINDX Master Bibliography)
Order by:

Ascending
Descending
Use all checked: 
Use all displayed: 
Use all in list: 
Omnès, R. (1994). Philosphie de la science contemporaine. Paris: Éditions Gallimard.  
Last edited by: admin 2008-08-14 21:46:47 Pop. 0%
          On voit bien où le bât blesse, s’il devait en être ainsi [le chat de Schrödinger à la fois mort et vivant et ce genre de choses] : aucun fait ne pourrait jamais être définitivement avéré. La notion même de fait, bien qu’elle soit à la base de toute science, serait en opposition manifeste et grinçante avec la théorie. […] Certains parlent d’univers parallèles et proclament comme aussi vrai que le nôtre le monde où Jules César est né fille de Marius. D’autres supposent que l’intervention de la conscience humaine peut seule briser les sommes de fonctions d’onde. D’autres vont encore plus loin, en inversant le processus : si c’est la conscience qui sépare les réalités possibles, alors l’esprit peut agir sur la matière, et la parapsychologie est théoriquement démontrée. Pour d’autres encore, la science n’est plus qu’un ensemble vague où tout est possible, et l’eau a une mémoire dont le vin seul apporte l’oubli. Certains se veulent plus prudents, et ils se retranchent derrière des positions qu’ils jugent sages : la physique ne serait qu’une convention entre les hommes et n’atteint jamais la réalité ; la fonction d’onde n’est que l’expression de ce que moi, je me trouve connaître. Ajouterons·nous d’autres commentateurs, qui bâtissent sur ces galimatias non seulement des philosophies, mais une psychologie, et même, dit-on, des théologies où Dieu contemple tous les univers simultanés qui sont son œuvre indécise ?
    Bohr tenta toujours de maintenir contre vents et marées le caractère objectif de la science qu’il avait contribué à fonder, et, comme on le verra, il avait bien raison de le faire. Pour le reste, qu’on se le dise, ce ne sont que billevesées, coquecigrues, sornettes et calembredaines (j’ai aussi en réserve quelques mots plus forts). La sagesse était de dire au moins, avec l’honnêteté d’un Feynman ou le doute d’un Einstein : « Il y a quelque chose qu’on ne comprend pas. »
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 24 | DB execution: 0.00968 secs | Script execution: 0.08550 secs