Bibliographie générale

List Resources

Displaying 1 - 3 of 3 (Bibliography: WIKINDX Master Bibliography)
Order by:

Ascending
Descending
Use all checked: 
Use all displayed: 
Use all in list: 
Coppens, Y. (2008). L’histoire de l’homme: 22 ans d’amphi au collège de france. Paris: Éditions Odile Jacob.  
Added by: Dominique Meeùs 2012-12-22 18:13:24 Pop. 0%
      Vers la fin de l’Âge du bronze, il y a environ 3 000 ans, l’Armorique se met à fabriquer des haches un peu particulières que l’on nomme hache à douille, instruments en bronze, faits au moule en argile, creux et équipés d’un anneau. Ces haches se caractérisent par leur production abondante et leur stockage fréquent, sans autres objets associés (80 dépôts dans les Côtes-d’Armor par exemple, totalisant 6 500 haches, 90 dans le Finistère représentant 9 000 haches, 80 dans la Manche atteignant le record de 11 000 haches, etc.) ; elles se caractérisent aussi par leur enfouissement ordonné (parfois rangées en cercles, liées par une cordelette de chanvre, dans des sacs, des coffrets de bois, des poteries, des situles eux-mêmes placés dans des cachettes), par leurs différents calibres, par les défauts de leurs coulées, toutes caractéristiques qui rappellent celles de la monnaie. Les tailles variées évoquaient d’ailleurs bien une unité monétaire, avec ses multiples et ses sous-multiples ; quant au manque de soin dans la fabrication et à la très petite taille de certaines haches, ils évoquaient à leur tour le fait que ces objets n’étaient pas faits pour servir à ce à quoi leurs formes avaient l’air de les destiner ; leur grand nombre et leur stockage caché vont dans le sens de la même interprétation. Il faut ajouter que, comme des monnaies, on en trouve, cette fois, dispersées à travers toute l’Europe ; il faut dire aussi que de légères différences dans le décor font penser à différents ateliers qui marqueraient leur production (on en a identifié 7 en Bretagne et en Normandie « armoricaine »).
     Enfin, des mesures de leur composition ont achevé de confirmer cette lecture. Depuis longtemps, la variabilité de la tenue et celle de la couleur des haches avaient retenu l’attention (en tout cas la mienne) ; les plus anciennes étaient belles, fermes, vertes ; les suivantes (chronologiquement) toujours fermes, mais un peu plus grises et les plus récentes, complètement grises, sans éclat, sans tenue, comme partiellement fondues (elles ressemblaient aux cuillères de Salvador Dali). La quantification au spectrographe de masse des éléments (cuivre, étain, plomb) entrant dans leur composition a révélé en effet que, avec les années, le plomb avait augmenté au détriment du bronze (alliage cuivre-étain) au point de représenter à la fin la quasi-totalité de l’objet (en plomb « bronzé » pour lui conserver son apparence d’antan…) ; nous assistions ni plus ni moins à une dévaluation, un millénaire avant Jésus-Christ !
Delcourt, M. (1939). Périclès. Paris: Éditions Gallimard.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2011-01-02 15:24:36 Pop. 0%
      Du reste, le grand homme d’État, c’est Clisthènes. Ce fils d’un tyran manqué, élevé parmi les aventures, sut embrasser par la pensée un vaste ensemble législatif et faire œuvre créatrice. Périclès, l’ami des philosophes, se borna à conserver et il ne put jamais dépasser la solution de quelques problèmes immédiats.
     Clisthènes se présenta comme l’homme qui, après une parenthèse de cinquante années, allait remettre en vigueur la constitution de Solon. Pisistrate, à vrai dire, ne l’avait jamais abolie quoiqu’il en eût gardé seulement les formes : procédé sage que les empereurs romains sauront employer pour engourdir les résistances républicaines. Le tyran avait même achevé sur un point important la réforme de Solon. Celui-ci avait trouvé le petit peuple des campagnes misérable et endetté ; les métayers vivaient du sixième de la récolte que leur laissait le propriétaire, et risquaient d’être réduits au servage comme les hilotes spartiates. Solon supprima les dettes, interdit la contrainte par corps et fit une dévaluation qui allégea le sort des paysans. Pisistrate, qui avait trouvé un appui parmi les pauvres, donna aux sixeniers la propriété des terres qu’ils cultivaient. Clisthènes pouvait donc partir d’une situation sociale assainie : Athènes ne deviendrait pas une seconde Sparte et l’aînée des filles d’lonie ne serait pas cultivée par des esclaves. Il s’agissait maintenant de donner une existence politique à ces gens établis sur la terre et accoutumés à l’indépendance personnelle.
     Solon avait divisé la population en quatre classes d’après leur revenu brut, c’est-à-dire d’après le nombre de mesures de blé, de vin ou d’huile récoltées sur le fonds. La cavalerie se recrutait dans les deux premières, l’infanterie dans les trois premières ; les Anciens n’ont jamais pensé qu’on puisse imposer le service militaire à des gens qui ne possédaient rien et qui étaient exclus des magistratures publiques, ce qui était le cas pour la quatrième classe, celle des thètes. Clisthènes garda ce système, mais le revenu de la terre, au lieu d’être calculé en nature, fut évalué en argent dès que l’emploi de la monnaie fut devenu courant. Du coup, la notion de classe perdit sa fixité : au cours du siècle suivant, à mesure que baissera la valeur de l’argent, on verra des hommes de la quatrième catégorie passer dans la troisième, sans être du reste moins pauvres pour cela. Clisthènes laissait les thètes à l’écart des charges individuelles, comme la stratégie et l’archontat, mais il entreprit de faire leur éducation politique en les introduisant dans les corps collectifs, l’Assemblée, le Conseil, le Tribunal. Celui-ci était composé uniquement de citoyens agissant comme des jurés. Plus tard, il fallut indemniser toutes ces petites gens qui donnaient leur temps à l’État : c’est Périclès qui devra accomplir, jusque dans leurs dernières conséquences, les réformes de son grand-oncle.
Liberman, E. G. (1971). Economic methods and the effectiveness of production A. Schultz & L. J. Kirsch, Trans. White Plains (N. Y.): International Arts and Sciences Press, inc.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2012-02-21 14:39:50 Pop. 0%
      The economic reform in the USSR has confirmed the essential role of commodity-monetary relations in the system of planned economic management. On this basis, a more detailed examination should be made of a number of questions of principle and methods concerning the most effective means of using commodity-monetary relations in our economic practice.
     The historically determined level of development of socialist production and of the social nature of labor gives rise to the necessity of comparing the labor of every worker and every collective against the results of their labor. The value form of such comparison is due to the fact that the socioeconomic heterogeneity of labor has still not been completely surmounted. There is complex and simple labor, mental and physical labor, skilled and unskilled labor. The expenditures of labor of individual workers and collectives of workers may be higher or lower than the socially necessary expenditures of labor on a given type of use value.
     Since the measure of labor must be controlled, when activity in the form of the product of labor is exchanged, the need arises to observe equivalence and to equate the products of labor. The products of labor can be compared and exchanged by equating them to a third, particular product of labor — to money, the universal commodity equivalent.
     Soviet scholars differ in their explanations of the reasons underlying the existence of commodity-monetary relations in socialist society. Thus, some of them claim that the basic reason is the social heterogeneity of labor, while others believe the cause to lie in the necessity for offering material incentives for labor. In our opinion, these viewpoints are not contradictory. Material work incentives are necessary since it is essential to compare the measure of consumption against the measure of labor, and this in turn is connected with the social heterogeneity of labor.
     Similarly, debates as to whether socialist production can or cannot be called “planned commodity production” or only “production in which commodity-monetary relations are used” seem relatively fruitless. Since the specific point at issue is the planned production of goods and services, it is clear that spontaneous, market-type commodity production is not involved. Planned patterns [planomernost] are evidence of the directly social nature of production. The economic relations of people are not concealed by an imaginary mask of relationships between things, and hence commodity fetishism is overcome. Exchange value does not play the role of universal or sole regulator of proportions in the distribution of social labor. Therefore, the commodity nature is not a constituent feature in socialist production, but it is nevertheless an integral feature together with other essential characteristics.
     Highly developed socialist production is based on the profound social and technological division of labor. Specialization and cooperation are a guarantee of the transition to the highest forms of automated production. The division of labor means the organization of production in the form of numerous branches and enterprises. Since the means of production are owned by all the people, production in the USSR is unified, and hence it would be inconceivable to manage the economy without a single nationwide plan.
     But at the same time, our production system is being divided up into a number of operationally autonomous enterprises. It is impossible to monitor and compare expenditures on production against the results of production solely by calculating the labor of each individual employed. The output of modern production is not only the fruit of the efforts of individual workers but, in larger measure, the result of the efforts of the collective worker. It is also necessary to use value levers and such a special economic category as cost-accounting in assessing, stimulating, and consciously managing enterprises in general. The exchange of activity between enterprises is now in the form of the movement of goods.
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 26 | DB execution: 0.01017 secs | Script execution: 0.06908 secs