Bibliographie générale

List Resources

Displaying 1 - 1 of 1 (Bibliography: WIKINDX Master Bibliography)
Order by:

Ascending
Descending
Use all checked: 
Use all displayed: 
Use all in list: 
Edelman, G. M., & Tononi, G. (2000). Comment la matière devient conscience J.-L. Fidel, Trans. Paris: Éditions Odile Jacob.  
Last edited by: Dominique Meeùs 2016-05-30 19:22:45 Pop. 0%
      Des études par enregistrement ont aussi démontré que l’activité de nombreux neurones des canaux sensoriels et moteurs peut être corrélée avec certains détails qui changent vite dans des informations sensorielles entrantes ou des informations motrices sortantes, mais qu’elle ne semble pas recouvrir une expérience consciente. Par exemple, les structures d’activité neuronale de la rétine et d’autres structures visuelles primaires sont prises dans un flux permanent et correspondent plus ou moins fidèlement aux détails temporels et spatiaux des informations visuelles entrantes, lesquelles changent sans cesse. Cependant, une scène visuelle consciente est nettement plus stable et elle a à voir avec des propriétés des objets qui sont invariantes quand la position ou l’illumination changent, propriétés qu’on reconnaît et manipule facilement. Par exemple, lorsque nous voyons un colibri battre des ailes, nous pouvons le reconnaître et le percevoir, qu’il se détache sur un fond de ciel ensoleillé ou de feuillage, qu’il soit loin ou proche, qu’il s’approche ou s’éloigne de nous. Surtout, la plupart des données montrent que, pendant chaque fixation visuelle, nous extrayons le sens ou l’essentiel d’une scène, plutôt que ses détails locaux innombrables et qui changent rapidement. Nous ne pouvons sûrement pas décrire la position précise de ses ailes pendant le vol de l’oiseau. En fait, nous sommes étonnamment aveugles aux variations ou inconscients des changements considérables qui affectent une scène visuelle pour autant que son sens ou son essence ne sont pas touchés. Lorsque nous lisons un texte, par exemple, nous ne prenons en général pas en compte la typographie à moins qu’elle ne nous semble exotique ou que la reconnaître réponde à un but précis. Les aspects les plus invariants d’une scène sont ceux qui apparaissent réellement importants et informatifs sur elle, et qui peuvent aider au contrôle et à la planification de l’action.
wikindx 6.2.0 ©2003-2020 | Total resources: 1310 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: American Psychological Association (APA) | Database queries: 24 | DB execution: 0.00787 secs | Script execution: 0.08010 secs