Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

Le retournement de la dialectique et sa « physionomie »

Mots-clefs : ❦ retournement de la dialectique hégélienne ❦ dialectique hégélienne, la remettre sur les pieds ❦ dialectique hégélienne, « physionomie tout à fait raisonnable » ❦ noyau rationnel et enveloppe mystique de la dialectique hégélienne ❦ retournement de la dialectique hégélienne ❦ dialectique de Marx, projet de l’écrire ❦ Lucien Sève ❦ traduction, remarque ❦ traduction Roy, faiblesse ❦ Roy, traduction, faiblesse

Dans sa traduction, Roy a traité de manière quelque peu cavalière une phrase fameuse de Marx (dans la postface de la deuxième édition allemande du Livre I) sur le retournement de la dialectique de Hegel :

On voit dans une traduction plus littérale que la phrase sur le retournement fait écho à la « mystification » de la phrase qui précède et à la « forme mystifiée » de la phrase qui suit. Cet écho est perdu avec « la physionomie tout à fait raisonnable » de la traduction Roy. Ce n’est qu’en corrigeant la traduction Roy que j’ai pu découvrir qu’Engels reprend littéralement la formulation de Marx lorsqu’il parle de « dégager de cette enveloppe mystique » dans la préface de la deuxième édition de l’Anti-Dühring, p. 41. Ce n’est qu’alors aussi que j’ai vu que c’est à la même phrase de Marx que Staline se réfère au tout début de Matérialisme dialectique et matérialisme historique en parlant de « noyau rationnel ». (En fait Marx utilisait déjà le même vocabulaire dans une lettre de 1958, quinze ans avant.) C’est Une introduction à la philosophie marxiste de Lucien Sève (note 35, p. 66) qui m’a alerté sur la faiblesse de la traduction Roy. Dans cette note, Sève renvoie à son chapitre 6 où il développe « les malentendus auxquels cette traduction a donné lieu » et où il tente longuement, dans une analyse très fouillée, de résoudre ce problème non trivial sur lequel Marx a donné aussi peu d’indications que possible. Plus récemment, j’ai trouvé que ce défaut est corrigé dans la traduction de 1983 de la version 4.

Pas innocente non plus l’expression « il suffit de… ». La question du retournement est des plus difficiles. (Je suis plutôt d’avis qu’elle n’a jamais été résolue, ni par Marx, ni par ses commentateurs.) Cette phrase en il-n’y-a-qu’à désinvolte a pu contribuer à l’illusion que ce serait chose simple. Autre chose est de dire « Man muß… », « Il faut… »

On trouve déjà une idée de retournement de l’idéalisme de Hegel chez Feuerbach : « Nous n’avons qu’à faire du prédicat le sujet, et de ce sujet l’objet et le principe, nous n’avons donc qu’à renverser la philosophie spéculative pour avoir la vérité dévoilée, la vérité toute nue. » (Cité par Isabelle Garo dans Marx, une critique de la philosophie, p. 34-35.)