Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Notes de lecture : table des matières, index — Retour au dossier marxisme

[7. Négation inepte de la surproduction de marchandises
alors qu’est admise la pléthore de capital]

Up: Chapitre 17— Théorie de l’accumulation de Ricardo. Critique de cette dernière (développement des crises à partir de la forme fondamentale du capital) Previous: [6. Problème des crises (remarques introductives). Destruction du capital par des crises] Next: [8. Négation de la surproduction générale par Ricardo. La possibilité de la crise résulte des contradictions internes de la marchandise et de l’argent]
T. 2, p. 592-595.

Il faut ici distinguer. Lorsque Smith explique la baisse du taux de profit par la superabundance of capital, accumulation of capital, il veut parler d’un effet permanent, ce qui est faux. Par contre superabundance of capital transitoire, surproduction, crise, c’est quelque chose de tout à fait différent. Des crises permanentes, ça n’existe pas.

Note en bas de p. 592.
Up: Chapitre 17— Théorie de l’accumulation de Ricardo. Critique de cette dernière (développement des crises à partir de la forme fondamentale du capital) Previous: [6. Problème des crises (remarques introductives). Destruction du capital par des crises] Next: [8. Négation de la surproduction générale par Ricardo. La possibilité de la crise résulte des contradictions internes de la marchandise et de l’argent]