Dominique Meeùs
Dernière modification le   
retour à la table des matières — à l’index — à ma page de départ

Traduction assistée par ordinateur

Il n’y a pas de logiciels de traduction tout à fait satisfaisants, c’est pourquoi on parle plus modestement d’aide à la traduction ou de traduction assistée par ordinateur. Même insatisfaisants, des logiciels de traduction automatique existent (machine translation) et il y en a de deux types :

statistique
basé sur le traitement statistique d’énormes corpus parallèles entre les langues considérées — Google Translate travaille ainsi et Moses est un logiciel FOSS qui permet de le faire
basé sur des règles (rule based)
basé des règles élaborées par des spécialistes sur la syntaxe des langues considérées — Systran utiliserait une combinaison de règles et de traitement statistique

Il y a par ailleurs des environnements de traduction offrant, entre autres, d’exploiter et d’enregistrer des mémoires de traduction (de préférence au format TMX). L’environnement fournit un cadre d’édition présentant le texte source et accueillant la traduction en texte cible. (On peut aussi faire appel à un logiciel de traduction automatique, dont on corrige le résultat.) Les phrases traduites sont mémorisées en regard des phrases en langue source. Si des phrases semblables se représentent, les traductions mémorisées sont proposées. OmegaT 1 est un logiciel FOSS de ce genre.

Je liste ici du jargon du domaine pour m’y retrouver :
CAT
computer-assisted translation, computer-aided translation, traduction assistée par ordinateur
LSP
language service provider (translation, interpreting, editing, copywriting…)
MT
machine translation
OAXAL
Open Architecture for XML Authoring and Localization
SRX
Segmentation Rules eXchange
TAO
traduction assistée par ordinateur, en anglais CAT
TM
translation memory
TMM
translation memory management
TMS
Translation Management System
TMX
translation memory exchange
XLIFF
XML Localization Interchange File Format

Table of contents

Notes
1.
Il existe aussi un OmegaT+, fork d’OmegaT. Je n’en connais pas les avantages, s’il y en a. On a fortement critiqué la ressemblance du nom qui peut prêter à confusion. Le « vrai » OmegaT, l’OmegaT « ordinaire » de www.omegat.org, est dans les dépôts de Debian et d’Ubuntu (mais on peut préférer une version plus récente).