Debian unstable a l’avantage de proposer des paquets récents, raisonnablement stables, formant un ensemble relativement cohérent et stable, qui évolue tous les jours. (Il faut mettre à jour souvent pour éviter de trop longs téléchargements en une fois.)

Ce n’est cependant pas tout à fait sans danger. En novembre 2004, le paquet de Nautilus est devenu incompatible avec des tas d’autres paquets importants. Je n’ai pas fait attention en acceptant la mise à jour. J’avais alors un système sans Nautilus  et où il était interdit de le réinstaller. Travaillant sous Gnome, je vous jure que c’est la merde. C’est là que je me suis décidé à installer Ubuntu et à y transférer tout mon environnement de travail. Je suppose que ces erreurs dans les dépendances du paquet nautilus ont été corrigées dans les jours suivants. C’est la première fois que j’avais un gros problème avec unstable. 

Il faut donc admettre la possiblité de petits ou, parfois, gros problèmes. Ils devraient disparaître d’eux-mêmes à une des mises à jour suivantes, mais, en attendant, vous pouvez être dans l'impossibilité de travailler. Debian unstable est donc une distribution pour bricoleur, pour hacker.