retour à la table des matières — à l’index

Chapitre six
Groupes et actions jalonnent ces années

« J’avais ma toute petite fille. Je la prenais à la Maison des femmes et partout dans les manifestations. Et je pensais : voilà une chose dont ma fille pourra être fière plus tard ! Je le vois comme une question de dignité de mère : ne pas renoncer à ce dont on est fière comme femme ; si on n’est pas fidèle à soi-même, on trahit aussi son enfant1. » (Catherine Weill.)

Femmes en mouvement, femmes en éveil. Apparaissent des groupes qui, dans un premier temps, ont cheminé à leur façon. Jusqu’à ce qu’une Journée « F », une Maison des femmes les incitent à partager leur initiative.

Apparaissent des problèmes dont on ne connaissait ni l’urgence ni l’ampleur. Il faut faire face. S’informer, se mobiliser, appeler à la rescousse. Groupes d’action qui naissent de la nécessité : il faut se porter au secours des femmes qui sont battues, des femmes qui sont violées ; il faut les déculpabiliser, il faut dénoncer les jugements tout faits d’une société dont le sexisme s’ignore, il faut changer les mentalités et les lois.

Table of contents

Notes
1.
Interview, février 1992.