retour à la table des matières — à l’index

Journée nationale, Journée internationale

En novembre 1976, un comité d’action du 11 novembre organise au Passage 44 une journée nationale sous l’appellation « Avortement : les femmes décident ». Son succès en fait une manifestation qui dénonce le refus du changement de la loi et exige la dépénalisation de l’avortement, la décision en la matière revenant à la femme concernée. Autre exigence : la réalisation rapide d’une politique sérieuse de contraception et d’éducation sexuelle.

Dès la fin des années 70, la Journée internationale du 8 mars reprend sa place de première manifestation des femmes : créée en 1910, à l’initiative de Clara Zetkin, elle commémore la grève de 30 000 ouvrières du textile, en 1857, à Philadelphie (États-Unis). Cette journée va subir les hauts et les bas des idéologies : en 1917, elle coïncide à quelques jours près avec une grève d’ouvrières à Pétrograd, précédant de peu la révolution en Russie ; à la fin des années 30 et jusqu’en 1958, elle sert de support à la magnification des « mères »… En Belgique, le Tribunal international de 1976 renoue avec l’esprit revendicatif de la manifestation. La Journée est adoptée par les Nations unies en 1977.

Le mouvement féministe belge a toutefois maintenu sa journée nationale : c’est l’occasion de ramener au grand jour les situations que la société occulte.

Les vingt 11 novembre des femmes

1972 — Au Passage 44, à Bruxelles, huit mille femmes dénoncent l’oppression spécifique des femmes.

1973— Au centre culturel Jacques Franck, 1 500 femmes se rassemblent sous le signe « Le 11 novembre, je ne cuisine pas ».

1974 — Présentation de la Maison des femmes, 79, rue du Méridien. L’après-midi, débats sur le thème « La vie chère » au centre sportif de Saint-Josse.

1975 — Un an d’activités dans la Maison des femmes. Réalisations et projets. Débats.

1976 — Au Passage 44, une journée qui est une manifestation : « Avortement, les femmes décident ».

1977 — Journée des femmes à Liège, 80, rue Jonfosse, sur le thème « Nous travaillons toutes… tout le temps ».

1978 — Le matin, à la Maison des femmes : « Nous sommes toutes culottées ». Soutien à la grève des ouvrières de Salik et vente directe de pantalons. L’après-midi, au centre culturel d’Auderghem : « Mères si nous le voulons, droit au travail de toute façon ». Avec la collaboration d’organisations féminines.

1979 — À la Maison des femmes, 29, rue Blanche : « Où en est le féminisme ? »

1980 — À la Maison des femmes : « Des rôles traditionnels à la violence ».

1981 — Dixième Journée des femmes. Elle a lieu à Charleroi : « Droit à l’indépendance économique, droit aux allocations de chômage », à l’initiative des commissions Femmes dans les syndicats.

1982 — À la Maison des femmes : « Sexisme dans les livres scolaires » et « L’orthographe, école de rigueur ou moyen d’insertion dans la société ? ».

1983 — À Nivelles : « Les femmes et la crise. Discriminations dans l’entreprise. Extension du temps partiel ». Mobilisation en vue de la manifestation prévue pour le 8 mars 1984. À l’initiative du groupe Les femmes et la crise, des Maisons de femmes de Wavre et de La Louvière. Avec la participation des syndicats.

1984 — Rencontre avec l’association « 29 », rue Blanche. Soirée avec Radio Libre. Exposition. Concert. Et Rencontre à la Maison des Femmes de Wavre.

1985 — Au « 29 » rue Blanche, « Femmes et politique » avec la participation de femmes dans les partis.

1986 — Le collectif des femmes battues rappelle ses dix ans d’existence. Thème : « Les violences culturelles ».

1987 — Au « 29 » rue Blanche, sous le titre : « Bébés, nouvelle cuisine », une interrogation sur les nouvelles techniques de reproduction.

1988 — Au « 29 » rue Blanche, « Femmes et pauvreté dans la CEE », avec des femmes des pays membres, venues témoigner dans les locaux du Parlement européen.

1989 — Au « 29 », rue Blanche : « Femmes entrepreneuses et créatrices ».

1990 — Au « 29 », rue Blanche : « La pauvreté des femmes ».

1991 — Au Botanique : « Femmes et métiers masculins ». Dix-sept femmes témoignent de leur expérience.