retour à la table des matières — à l’index

Parmi les stands :

— Contraception et avortement : le problème qui ne connaît pas de trêve.

Et ta sœur ?, le bulletin du FLF2, devient un grand journal en couleur où l’humour renforce le sérieux. « Le seul magazine féminin qui ne contient pas de recettes de cuisine », annoncent les vendeuses qui circulent dans les salles.

— Un nouveau groupe, les Lesbiennes radicales, tiennent un stand librairie.

Les Cahiers du Grif présentent leur premier numéro intitulé : « Le féminisme pour quoi faire ? », sorti en octobre 1973.

— Le CFRP (Centre de formation à la responsabilité politique) annonce les cours et séminaires hebdomadaires qu’il organise au Centre Féminin.

— Un groupe intitulé Femmes de demain propose à Waterloo des réunions hebdomadaires sur tous les sujets féministes en vue d’actions à mener.

— Un tract est distribué. Il invite à la solidarité avec les femmes du Brésil qui, comme viennent de l’être les femmes du Chili, sont accusées de faire le lit du capitalisme.

Notes
2.
Après la première Journée « F », le bulletin s’est ouvert aux autres groupes de prise de conscience. Il a paru jusqu’en mai 1974.