retour à la table des matières — à l’index

Accueil dans les partis

L’apparition publique du PFU, le 11 novembre 1972, donne à la presse l’occasion d’interroger quelques personnalités parlementaires. Du côté masculin, on ne nie pas qu’il y a des inégalités à combler, particulièrement dans le domaine du travail et des lois concernant la famille, mais le problème de la représentation des femmes au parlement n’est pas soulevé. « Il ne me paraît guère évident que la meilleure manière de s’y prendre pour réformer ce qui doit l’être consiste à créer un parti féminin. Si les femmes revendiquent une meilleure intégration dans la société, qu’elles ne commencent pas par se mettre en dehors des rouages qui existent ! Qu’elles jouent le rôle du “levain dans la pâte” au lieu de tenter de faire un gâteau séparément9. »

Interrogées par le magazine Spécial, quelques femmes parlementaires se sentent davantage importunées par le nouveau parti. Pour Marie-Thérèse Godinache (PLP) : « Il semble que certaines candidates ne captent pas la confiance des autres femmes. Il est peu probable que la création d’un parti politique féminin modifie cet état de choses ». « Le grand danger, déclare Rita De Backer (CVP), serait que ce parti fasse naître une agressivité croissante de la part des hommes. […] Les femmes ont encore un long chemin à parcourir : les hommes les acceptent dans les bureaux de la Chambre et du Sénat. Mais il n’y a pas de femmes ministres pour le moment. Parfois, nous ne sommes pas tellement prises au sérieux. »10

Le PFU attribue à sa présence le score réalisé par les femmes dans les différents partis : en 1974, vingt-six femmes sont élues, elles étaient treize aux élections précédentes.

« Des élues ont affirmé que le PFU a fait peur aux autres partis, se souvient Claire Bihin : Nelly Maes notamment ; et Geneviève Ryckmans. Et Cécile Goor nous a dit : c’est grâce à vous si je suis tête de liste au Sénat11 ! »

« Notre action, conjuguée, bien sûr, à celle des groupes féministes, a provoqué une prise de conscience des femmes et a servi d’avertissement pour les partis12. »

Notes
9.
Georges Clerfayt dans Dimanche presse, (l9-11-1972).
10.
Interviews citées dans Au Travail, (17-11-1972).
11.
Interview, novembre 1991.
12.
« Les origines du PFU », op. cit.