retour à la table des matières — à l’index

L’élection de Miss Belgique

Le groupe est à la recherche d’une action spectaculaire qui permette de se faire connaître hors des murs de l’université. « Et si l’on perturbait le concours de Miss Belgique ? ». L’idée paraît géniale. Ce concours se reproduit d’année en année dans l’indifférence quasi générale. Kate Millett a dénoncé dans son livre La politique du mâle ces compétitions qui représentent le sommet des ambitions féminines : « Si une mère a un fils, elle rêve de le voir devenir président des États-Unis ; si c’est une fille, elle rêve de la voir élue Miss America ».

Les Américaines ont déjà manifesté leur opposition aux concours de beauté en promenant sur la scène un mouton couronné. Il faut donc trouver autre chose. Pourquoi ne pas s’y présenter ? Danièle Colardyn (18 ans, étudiante en psychologie) sera le cheval de Troie du FLF.

La finale ayant lieu à Anvers, les Dolle Mina sont associées à la manifestation, organisée dans le plus grand secret par Adèle Hauwel. Au moment convenu, Danièle s’avance sur la scène, jette son numéro par terre et clame « Non aux concours de beauté, nous ne sommes pas du bétail ».

Dans la salle, les féministes grimpent sur les sièges, sur la scène et distribuent des tracts au public éberlué. C’est le scandale.

Chaque année, les organisateurs du concours auront des sueurs froides : et si ça recommençait ? Mais on ne réédite pas une démonstration pareille… Les journaux, la radio et la télévision en font un événement. Le FLF est en vedette. Chacun se découvre une opinion sur les concours de beauté. Beaucoup de femmes jubilent en silence de voir enfin ridiculisé ce genre d’exhibition. Car si les Miss font l’événement, avec souvent des commentaires salaces, il n’y a pas encore de compétition semblable qui permette de jauger les hommes suivant les canons de l’esthétique. En faudrait-il d’ailleurs ? Il n’y a pas d’unanimité à ce sujet. On organisera bien, quelques mois plus tard, un « concours de beauté pour hommes » (sur une péniche amarrée sur le canal), mais c’est plus pour ridiculiser ces épreuves que pour enfermer les hommes dans le carcan auquel les femmes cherchent à échapper…