retour à la table des matièresà l’index alphabétiqueau dossier Voyelles

livres
Peut-être une grande colère

Voyelles, no 10, juin 80, page 54

Savoir d’où viennent les gens, quelles sont les images qui les ont marqués, ce qu’on disait chez eux à table, l’importance du grand-père, l’attitude de la grand-mère. La tête aux antipodes raconte ça. Roselène Dousset-Leenhardt, ethnologue et fille d’ethnologue, on savait. On apprend ici que l’ethnologie, chez Maurice Leenhardt, est le retournement du missionnaire : celui qui avait mission d’apporter aux païens sauvages de la Nouvelle-Calédonie la bonne parole calviniste et française découvre là une pensée, une culture qu’il passera sa vie à défendre et à faire connaître. Cela s’est passé il y a bien des années. Et pourtant naît aujourd’hui, chez sa fille, la volonté de décrire la famille d’origine, riche et austère, sûre de sa loi, extrêmement contraignante et dont il faut un jour se détourner violemment pour ne pas périr. Un petit livre passionné où court à travers des phrases très retenues comme une sombre colère.

M.D.

Roselène Dousset-Leenhardt, La tête aux antipodes : récit autobiographique, Paris, Éditions Galilée, 1980.