retour à la table des matièresà l’index alphabétiqueau dossier Voyelles

étranger
Tito, Franco et compagnie

Voyelles, no 7, mars 80, page 70

Lorsque Franco a été maintenu entre vie et mort, dans un long coma, on n’en avait pas tellement pitié, on trouvait cela plutôt grotesque. Comme si quelques jours de plus accordés à un dictateur momifié allaient écarter la révolution.

L’année dernière, ce fut Boumedienne, c’était loin, on n’a pas fait tellement attention.

La technique médicale entretient le moribond, le temps que les politiciens s’accordent pour assurer la continuité. Comme s’ils ne pouvaient y penser plus tôt ! Quand le chef a près de nonante ans !

Et maintenant Tito. Un type sympa. Enfin, de loin, on l’aimait bien. Un homme qui a tenu la barre sur une mer agitée et il s’en est pas mal sorti. Maintenant il est fatigué. Sa dernière maladie est là, qui le terrasse, ses jours sont comptés. Eh bien ! on va utiliser la technique pour le prolonger. Parce que, n’est-ce pas, avec les Soviétiques, c’est tellement risqué (de les voir arriver). Alors, on lui coupe la jambe. Question de gagner quelques mois peut-être… Ce ne seront que quelques semaines. Mais qu’est-ce qu’il n’aura pas été secoue, cet homme-là, des pinces et des tuyaux partout, on peut l’imaginer, au lieu d’être tranquillement dans son lit à taire face à la dernière épreuve comme il le souhaitait. Il paraît que ça retient les Russes…

Les simples gens aussi

N’allez pas croire que c’est seulement les chefs d’État qui sont ainsi contraints à dépasser le jour que la nature avait choisi pour leur dernier voyage. C’est vrai aussi des simples gens. Des vieillards dans les homes. Et même parfois lorsqu’ils sont à la maison. Le médecin dit « il faut lutter jusqu’au dernier moment ». À l’avant-dernier moment, il fait venir l’ambulance et l’on met le moribond en réanimation où il meurt loin de toute présence humaine. Mais au moins, on est sûr d’avoir tout tenté, d’avoir été juqu’au bout des possibilités de la science, d’avoir fait reculer la mort.

Elle ne recule que pour mieux sauter, plus sinistrement, oui, par la bande, entre tes baxters, et le personnel masqué des salles d’urgence.

Et le vieillard est nu, on lui a même volé sa mort.

M.D.