Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Serap Sarıtaş Oran, « titrea », date

Serap Sarıtaş Oran , Pensions and Social Reproduction, Social Reproduction Theory (Tithi Bhattacharya, ed.), 2017, p. 148-170.

Elle distingue d’abord flux (deferred wage paiement) et stock (accumulated in a fund as savings). Elle souligne qu’il y a des types différents de bénéficiaires : travailleur salarié à la retraite, personne âgée dans le besoin, personne parente d’une personne inscrite dans un régime de pension… Elle en conclut que toutes ces pensions ne rentrent pas dans le cadre de la distinction wages, savings et qu’il faut conceptualiser à la lumière des processus de reproduction sociale et de la valeur de la force de travail

Elle oppose alors deux visions de la valeur de la force de travail, comme somme de valeurs d’usage (!) et comme somme de valeurs d’échange :

Marx defines labor power as a special commodity —the capacity for labor, which is found by the capitalist on the market and applied for production of surplus value. According to Marx, this peculiar commodity, like all other commodities, has a value, and that value is determined “as in the case of every other commodity, by the labour-time necessary for the production of this specific article.” While, in this definition, the value of labor power is understood as the sum of use values that represent themselves in labor times, the other way to define it is by pointing out the correspondent value for sum of exchange values necessary for its reproduction: the wage.’ However, none of these approaches is capable of explaining goods and services that have use value but not exchange value, such as reproductive household activities or state services, and those that do not have any use values but are part and parcel of modern daily life, such as art or luxury goods and services. In other words, labor power is not merely reproduced through goods and services that are produced within capitalist relations; it is also attached to noncapitalist provision and processes, such as state provisions and household labor. In this respect, we follow the argument that the value of labor power is attached to a standard of living that is necessary for the social reproduction of laborers outside the direct control, if not the influence, of production relations. Therefore, one of the cruxes of the discussion here is the following idea: The value of labor power is not merely the sum of labor time necessary for the reproduction of the individual worker’s muscles and nerves. Rather, it is related to broader social reproduction processes that determine its value in relation to the capitalist class, the state, and the family.

P. 148-149.

(1) La force travail ne sert pas seulement à produire la plus-value. Elle sert à toute la production, dont une partie de la valeur sera plus-value. (2) On ne peut pas compter comme valeur une somme de valeurs d’usage. Cela n’a tout simplement aucun sens. Les valeur d’usage ne sont pas quantifiables en valeur d’usage. Mais ce pourrait être une formulation maladroite pour la somme des valeurs de ces marchandises ou valeurs d’usage. L’autre manière de dire n’est pas une autre manière de définir, c’est une formulation maladroite de l’aspect monétaire de la même chose (la somme des valeurs de certaines marchandises) et de fait, la valeur de la force de travail, en argent, c’est le salaire (supposé correctement payé). (3) Sur ces marchandises constitutives de la valeur de la force de travail, doit de fait s’exercer un certain travail de transformation, de production domestique et d’autres travaux domestiques interviennent, en dehors de la production de valeur. Il est vrai que la production de la force de travail ne se réduit pas aux biens et services qui en font la valeur. (4) La définition de valeur d’usage ne dépend pas des jugements de valeur de l’autrice. Les deux occurrences de valeur qui précèdent n’ont rien en commun. (5) Il n’y a aucun sens à associer en passant state provisions and household labor qui n’ont rien en commun. Le travail ménager est de fait hors valeur (3), tandis que les interventions de l’État relèvent en grande partie du salaire indirect, donc de la valeur de la force de travail (2). (6) Marx dit lui-même que la valeur de la force de travail a un caractère historique qu’elle est un standard of living conventionnel, déterminé par la tradition et par le rapport de forces. Au delà du minimum vital, on est donc bien totalement dans le cadre des relations de production. Marx dit lui-même que ça ne se réduit pas à la « reproduction of the individual worker’s muscles and nerves ».

Elle a raison de relever ensuite (p. 149) que si, quant à la valeur de la force de travail, Marx parle des enfants, il ne parle pas des personnes âgées. Mais on pourrait inclure la prise en charge des personnes âgées dans le caractère historique, conventionnel de la valeur de la force de travail. Le fait que ces dépenses ne concernent pas le vendeur individuel de la force de travail n’est en rien pertinent.

Comme l’autrice est une spécialiste des pensions, elle a sans doute sur les pensions des réflexions intéressantes à nous communiquer, mais on sait d’emblée qu’elle ne va pas nous aider quant à l’analyse marxiste des pensions, de la valeur de la force de travail et de la social reproduction.

(À suivre.)