Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Ellen Meiksins Wood, Democracy against Capitalism, 2016

Ellen Meiksins Wood , Democracy against Capitalism : Renewing Historical Materialim, Verso, Londres , 2016, x + 300 pages, ISBN : 978-1-78478-244-3.
Réédition de Meiksins 1995

This volume is, and is not, a collection of essays. It is a collection in the sense that the volume is in large part based on articles already published or in press, but I hope it is more than ‘merely’ a collection. This is so both because I have not simply included these essays just as they were but have revised and integrated them, or in some cases only parts of them, and also because I regard them as from the start a coherent body of work.

P. viii.

Ellen Meiksins Wood est généralement classée comme « marxiste politique ». Ce n'est pas un courant qui se définit lui-même sous ce nom. Ce sont des auteurs divers que des critiques rapprochent dans cette appellation. On accuse les maxistes politiques d'hypertrophier la lutte de classes et de négliger la base économique, de « deprive the basic concept of historical materialism, that is the mode of production, of all real subtance », selon Guy Bois, un de ces critiques qu'elle cite p. 23-24. À cela elle répond qu'on ne peut pas opposer l'économique et le social puisque, le mode de production, chez Marx, ce sont les rapports sociaux de production.

… the virtually universal extent to which production in society as a whole comes under the control of the capitalist appropriator.27

27.
Chattel slavery is the pre-capitalist form of class exploitation about which it might most convincingly be argued that the exploiter exercises a continuous and direct control over production; but leaving aside the many questions surrounding the nature and degree of the slave-owner’s control of the labour process, one thing is clear: that even among the very few societies in which slavery has been widespread in production, it has never come close to the generality of wage labour in advanced capitalist societies but has always been accompanied, and possibly exceeded, by other forms of production. For example, in the Roman Empire, where ancient slavery reached its culmination in the slave latifundia, peasant producers still outnumbered slaves. Even if independent producers were subject to various forms of surplus extraction, large sections of production remained outside the scope of direct control by an exploiting class. It can be argued, too, that this was not accidental; that the nature of slave production made its generalization impossible; that not the least obstacle to its further expansion was its dependence on direct coercion and military power; and that, conversely, the uniquely universal character of capitalist production and its capacity to subordinate virtually all production to the demands of exploitation is inextricably bound up with the differentiation of the economic and the political.
P. 43.

La production se fait toujours dans des rapports sociaux et dans la plupart les sociétés, cela prend la forme d'un statut, peu importe qu'il soit écrit ou implicite, du droit du plus fort ou de droit divin. Dans l'Égypte des pharaons ou dans la féodalité européenne, il y a ceux qui travaillent et il y a ceux qui ne travaillent pas mais sont nourris par les premiers, en raison de leur statut. Ellen Meiksins Wood (p. 174) souligne cela et que, sous le capitalisme, pour la première fois, cela disparaît : il y a bien un statut si l'on veut, mais il n'est pas inscrit dans les astres, il résulte seulement d'une situation de fait (disposer de moyens de production ou non). A priori, sous le capitalisme, tout le monde est statutairement égal.

Selon Ellen Meiksins Wood (p. 185), des sociétés avec un esclavage important, ce sont seulement Athènes et quelques autres cités grecques et Rome. Or, dans ces sociétés, beaucoup plus important que l'esclavage, il y a le paysan libre. Les paysans libres (et autres travailleurs libres) semblent toujours avoir eu plus de poids économique que les esclaves. En outre, ce qui est tout à fait unique dans ces sociétés, c'est l'existence même de travailleurs libres. Partout ailleurs, les travailleurs sont toujours dans un statut inférieur, non vraiment libre, comme de servage. (Cela préfigure un peu ce qu'elle a dit du capitalisme plus haut, p. 174.)

Qu'il puisse y avoir des travailleurs libres, cela dérange profondément cet ultraréactionnaire de Platon, (p. 191) pour qui il devrait toujours y avoir une différence de nature et de statut entre ceux qui sont fait pour diriger et ne pas travailler et ceux qui sont faits pour travailler et doivent être soumis aux premiers.

Acheté au Book Depository le 7 février 2021 et reçu le 25.