Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

John Bradshaw, Évolution humaine, 2003

John Bradshaw , Évolution humaine : Une perspective neurobiologique, De Boeck, Paris, Bruxelles , 2003, 322 pages, ISBN : 978-2-7445-0087-9 ( 2-7445-0087-9).
Traduit par Anne Hambucken de Human Evolution, 1997.
Révision scientifique de Marcel Otte .

Pourquoi le neutron est-il tout juste 14 % [sic] moins massif [sic] que le proton, permettant ainsi à l’hydrogène de se former ? […] Pourquoi, en comparaison avec celle du proton, la masse de l’électron est-elle suffisamment importante pour que se forment des molécules plus grandes, telles que l’ADN ?

P. 14-15.

On sait que quand ils comptent en nombres entiers la quantité des réactifs dans leurs équations, les chimistes négligent la différence entre protons et neutron. Alors soi-disant « 14 % en moins », ça fait tomber à la renverse. Le neutron n’est pas plus léger, il est un rien plus lourd que le proton : il fait 1,0014 fois le proton. On pourrait écrire qu’il est 0,14 % plus lourd que le proton et ce n’est sans doute pas par hasard qu’on retrouve là le 14. La similitude des chiffres fait penser à une erreur de traduction ; un lapsus entre le plus et le moins et une confusion entre des ordres de grandeur formulés en pourcentage, compliqués par le passage du point décimal de l’anglais à la virgule en français. Mais on se demande alors ce que veut dire la « révision scientifique » par le professeur Marcel Otte. Il y a des historiens qui vivent seulement dans le monde des idées, mais Marcel Otte a manipulé des cailloux sur le terrain. Il doit donc savoir que la matière existe aussi. N’aurait-il aucune culture en physique et en chimie ? mais peut-être était-il simplement fatigué le jour où il a « révisé » cette page. (Je ne vois pas bien non plus ce que la masse du neutron vient faire dans la « formation » de l’hydrogène, qui n’a qu’un proton seul, mais il peut y avoir là un truc que j’ignore.)

Quant à l’électron, il fait 0,00054 fois le proton, ce qui est infiniment peu, mais, qualitativement, une masse infime peut toujours être jugée « suffisamment importante pour » quelque chose si elle est cruciale. En physique, à ce niveau, tout est crucial. Déjà, pour une masse, ne pas être nulle est d’importance cruciale. Donc l’infime « masse suffisamment importante » de l’électron est, trivialement, cruciale pour la formation d’atomes et de molécules.

Au-delà de l’erreur sur les 14 % (et de mes sarcasmes — mais c’est que j’aime jouer avec l’écriture), il faut retenir de ce passage une réflexion très juste de John Bradshaw : il est fascinant de penser que la possibilité de la vie résulte du réglage fin de quelques constantes physiques. Un poil de plus ou de moins et nous ne serions pas là pour nous fasciner.

Acheté chez Pêle-Mêle à Bruxelles, le jeudi 24 décembre 2020.